Maximes, dictons, citations...

 

Voici quelques années j'ai commencé à noter, au hasard de ce que j'ai pu lire ou entendre, les phrases qui m'ont plu, parce qu'elles m'ont étonné, fait réfléchir ou fait rire. Il m'est même arrivé d'en pondre moi-même quelques unes. En voici un échantillon :

La paix ne se bêle pas, elle se défend. Pour faire la guerre un seul suffit, pour faire la paix il faut être deux. [Marx Dormoy 1939]

"La justice est une fille de joie qui prodigue ses faveurs à celui qui la paye." [Fr Cult. 26/7/91. vu en marge d'un livre de la bibliothèque de la centrale de Clairvaux.]

...le bonheur des hommes est dans les petites vallées.
[Jean Giono , Jean le Bleu.]

... qui cueille une fleur dérange une étoile.
[Francis thompson]

Pour pouvoir s'ouvrir aux autres il faut s'être accompli soi-même. - [cité dans "Etats d'âme" de Nicolas Hulot. je ne me souviens plus de l'auteur.]

Les cons ça ose n'importe quoi. C'est même à ça qu'on les reconnaît. [M. Audiard.]

Il n'est pas de problème qu'une absence de solution ne finisse par résoudre. [Queille N.O. 12/91.]

Face au monde qui change il faut mieux penser le changement que changer le pansement. [Francis Blanche cité par Christian Blanc.]

L'objectivité n'existe pas, ce qui compte c'est l'honnêteté. [Paul Nahon FR3 15/2/92]

Aucun penseur n'oserai dire que le parfum de l'aubépine est inutile aux constellations.
[Victor Hugo, Les Misérables (cité par Théodore Monod)]

(Dieu) Quand on l'a trouvé on n'est plus seul. Seulement, écoute bien, on ne le trouve pas, on l'invente. - [Jean Giono, Jean le Bleu.]

Il n'y a pas de gloire à être français. Il n'y a qu'une seule gloire : c'est d'être vivant.
[Giono, Jean le Bleu.]

Moi quand je vois une rivière, je dis "rivière" ; quand je vois un arbre, je dis "arbre". Je ne dis jamais "France". Ca n'existe pas.
[Giono, Jean le Bleu.}

Les gens sont liés par leurs doutes et divisés par leurs certitudes.
[Peter Ustinov, C+ 9 fev 1993]

"Toute société qui n'est pas éclairée par des philosophes est trompée par des charlatans."
[Condorcet / 1743-1794]

La connerie c'est la décontraction de l'intelligence. Moi, des fois, je me permets d'être con.
[Serge Gainsbourg. Canal + 11 mars 1993]

L'amour est aveugle ... et sa canne est rose.
[Serge Gainsbourg.]

Le monde est une histoire sans queue ni tête, pleine de bruit et de fureur, racontée par un idiot.
[Shakespeare.]

La dictature c'est :" ferme ta gueule" mais la démocratie c'est : "cause toujours" - [Charlie hebdo]

Le banditisme est le stade ultime du libéralisme. [Cavanna. Charlie Hebdo 27 juillet 1994]

Le pardon est un mensonge, il est une manière valorisante de nommer l'abdication de la vigilance. Borges fait très justement remarquer que la vengeance est aussi vaine que le pardon. Dans une société évoluée le désir de justice doit se se substituer à ces deux notions archaïques. [PH. Val, Ch. Hebdo 21/9/94 à propos de Mitterrand vis à vis de Vichy.]

A la question :
qui suis-je, d'où viens-je, où vais-je ?
je réponds :
Je suis moi, je viens de chez moi et j'y retourne.
[Pierre Dac.]

Celui qui, parti de rien n'est arrivé à rien, n'a de comptes à rendre à personne.
[Pierre Dac.]

"Je ne comprends pas les gens qui s'ennuient sur terre. C'est prodigieux, il n'y a qu'à regarder". [Théodore Monod.]

J'ai reconnu le bonheur au bruit qu'il a fait en partant. [Jacques Prévert]

Dès qu'on est plus de deux, on est une bande de cons. [Brassens]

Qui n'a qu'un marteau comme outil voit tout ses problèmes comme des clous.
[Michel Raison, citant Yves Dubreuil, chef du projet Twingo chez Renault.]

Les opportunités ont l'art de se présenter à nous comme des difficultés ; c'est pour cela que nous ne savons les rencontrer. [Woody Allen.]

C'est un crime de cueillir une fleur, et, personnellement, je ne veux la respirer que sur sa tige...,
[Jules Renard, histoires naturelles]

Il y a suffisamment de ressources sur cette planète pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire le désir de possession de chacun. [Gandhi]

Qui sait l'histoire primitive de notre globe ? Combien d'espaces de terre, maintenant isolés, étaient autrefois continus ? Le seul phénomène sur lequel on pourrait former quelque conjecture, c'est la direction de la masse des eaux qui les a séparés.
A. - Comment cela ?
B. - Par la forme générale des arrachements. Quelque jour nous nous amuserons de cette recherche, si cela nous convient.
[Diderot -Supplément au voyage de Bougainville, la théorie de la dérive des continents 200 ans avant Wegener.]

La pire des violences est celle du nombre (...) est-il sensé, pour maintenir pendant quelques générations un excédent démographique, de sacrifier toute vie sauvage, de défricher la Terre entière ?
[Robert Hainard - in "le monde plein" 1991]

La vitesse de la lumière étant supérieure à celle du son , il est tout à fait normal que beaucoup de gens paraissent brillants jusqu'à ce qu'ils ouvrent leur gueule.[vu sur un forum]

Plus tu pédales moins fort, et moins tu vas plus vite. [idem]

Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon vous n'en sortirez pas vivant. [idem]

L'expérience est un professeur cruel car elle nous fait passer notre examen avant de nous apprendre notre leçon. [forum fr.soc.politique mai 2004]

"Massacre du tympan" par Pierre Boulles-Quiès et son ensemble inter qu'entend plus rien - [Boris Vian]

Tout ce qui a un prix n'a pas de valeur ! [Nietzsche, repris par Bernard Maris in "Lettre ouverte aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles]

Par leur forme les pyramides sont la preuve que, dès l'antiquité, les ouvriers cherchaient à travailler de moins en moins. [Attribué à Pierre Lazaref]

Le monde appartient à ceux dont les ouvriers se lèvent tôt. [?]

Une société n'est forte que lorsqu'elle met la vérité sous la grande lumière du soleil.[Emile ZOLA]

Pour ne pas multiplier les mécontents il faut toujours taper sur les mêmes. [les Shadoks]

Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que sa connerie sur des choses intelligentes. [les Shadoks]

Quand je ressens l'envie de faire du sport, je m'allonge et j'attends que ça se passe. [Wiston Chruchill]

Ce que j'aime dans l'effort physique c'est avant que ça commence et quand c'est fini. [Le Chat de Ph. Geluk]

Les animaux font "des" crottes. L'homme sème "la" merde. [Pierre Desproges]... Mais là, il faudrait que je cite tout ce qu'il a dit car je suis un vrai amoureux de Pierre Desproges ...

Le bonheur ça s'trouve pas en lingots, mais en p'tite monnaie [Bénabar]

Moi j'arreterai d'avoir peur en avion quand on arrêtera d'applaudir les atterrissages [Gad Elmaleh]

A quoi ça sert de soulever des montagnes quand il est si facile de passer par dessus [Boris Vian]

"L'huître va bien avec du citron Comme le 4x4 avec son gros con" [Internet Pilotlist]

"Je préfère avoir l'air con qu'avoir l'air mort" [Internet Pilotlist]

"Heureux les esprits fêlés car ils laissent passer la lumière ! [Internet Pilotlist]

"En vacances ... il faut se faire un peu chier ... sinon ça passe trop vite ! [Pierre Pallu]

Quand c'est moi qui pense ça donne ça :

La nature, la chose qui nous est la plus précieuse, est gratuite. Le système libéral cherche à la monnayer, au besoin en la détruisant.

Le bonheur ? c'est l'absence de malheur. Pas la peine de chercher plus loin. (2003)

Il faut une lucidité et une force de caractère hors du commun pour s'extraire de l'idéologie dominante dans le groupe auquel on appartient.
5 déc 2002

La langue de bois c'est lorsqu'un discours nous assène des certitudes sur lesquelles la logique et la raison n'ont pas de prise. Curés, cocos, politiciens . ex : "c'est vrai puisque c'est le Christ lui même qui l'a dit". 5/5/93

Il y a une grande différence entre celui qui se comporte pour être aimé des gens qu'il connaît et celui qui cherche la reconnaissance de ceux qu'il ne connaît pas. 2/9/93

Etre écologiste ne signifie pas vivre nu dans la nature. L'homme a besoin d'aménager son environnement pour s'y sentir à l'aise mais il doit respecter la nature parce qu'elle est nécessaire à son bonheur et à sa survie.

On peut se considérer comme riche à partir du moment où on n'a besoin de rien.

Presque tout le monde prend plaisir à se promener dans la nature mais, faute d'être éduqué, passe à côté de joies plus profondes. Là où les autres ne voient que de l'herbe un naturaliste reconnaît des amis qu'il peut nommer. J'aime donner un nom aux plantes qui sont sur mon chemin. J'aime les retrouver chaque année aux mêmes endroits. Je suis heureux de revenir voir les raretés dans leurs retraites cachées. Leur disparition sous l'herbicide ou le bulldozer est une vraie tristesse. 1992.

Je suis un humain sur une boule dans l'espace avec d'autres humains autour de moi.

Il faut savoir renoncer !

Cette dernère phrase, volontairement provocatrice, correspond vraiment à ma pensée profonde quand à l'attitude à adopter face à certaines situations. Elle vient en opposition à toutes les devise du style : vaincre ou périr", impossible n'est pas français", "droit devant", "à coeur vaillant rien d'impossible" etc. Phrases souvent entendues de la bouche de ceux qui demandent beaucoup aux autres et ne donnent pas grand chose d'eux-mêmes.